Les jeunes enfants vont mentir pour empêcher une transgression morale

Les enfants croient qu’il est faux de dire des mensonges, mais ils sont prêts à mentir prosocialement pour adhérer aux normes sociales et protéger les sentiments d’un auditeur. Cependant, il n’est pas clair si les enfants mentiront instrumentalement pour intervenir au nom d’un tiers lorsqu’une transgression morale est susceptible de se produire. Dans trois études (N = 270), nous avons étudié les conditions dans lesquelles des enfants de 5 à 8 ans raconteraient un “mensonge interventionnel” afin de tromper un enfant qui en cherchait un autre dans un parc. Dans l’étude 1, les enfants plus âgés mentaient davantage lorsque le demandeur avait l’intention de voler un jouet à un autre enfant que lorsque le demandeur avait l’intention de donner des biscuits à l’enfant. Dans l’étude 2, la transgression (le vol) était maintenue constante, mais le préjudice causé à la victime était soit souligné, soit minimisé. Les enfants de tous âges étaient plus susceptibles de mentir pour prévenir le vol lorsque le préjudice était souligné. Dans l’étude 3, le préjudice subi par la victime était maintenu constant et l’acte de prise était décrit comme un vol ou une action positive. Les enfants de tous âges étaient plus susceptibles de mentir lorsque la transgression était soulignée. Nous concluons qu’à l’âge de 5 ans, les enfants sont capables de mentir pour empêcher une transgression morale, mais que cela est plus susceptible de se produire lorsque la transgression et le préjudice causé à la victime sont saillants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.