Le journalisme UT prend NICAR 2020

Abby Hopkins

Je suis extrêmement reconnaissant de l’opportunité d’assister à NICAR 2020. Pendant mon séjour à l’UT, j’ai développé un penchant pour les données et le codage grâce à des cours de journalisme de données et m’a amené à développer mes compétences dans un cours d’informatique et une étude indépendante avec le professeur McDonald pour construire un produit pour l’École de journalisme ce semestre. Cependant, il y avait encore de nombreux programmes et concepts que je ne pourrais pas apprendre à l’UT et dans lesquels NICAR m’a permis de plonger mes orteils. Pendant que j’apprends Python dans mon cours d’informatique, une session tout l’après-midi sur Python au NICAR m’a permis de combler le fossé entre ce que j’ai appris dans le cours et son lien avec le journalisme. Maintenant, j’ai une meilleure compréhension de la façon dont je pourrais potentiellement utiliser Python dans un contexte journalistique. J’ai également assisté à une autre session tout l’après-midi sur R, qui est un outil complètement nouveau pour moi. Acquérir une compréhension de base de ces programmes m’ouvrira des portes à l’avenir alors que je continuerai à en apprendre davantage et à appliquer ces compétences et d’autres dans des contextes réels. J’ai participé à des séances sur l’utilisation des données dans les rapports sur l’immigration et les communautés sous—couvertes – des sujets dont j’ai une vive passion. Je me vois un avenir en écrivant pour des organisations à but non lucratif et en utilisant des données pour raconter des histoires sur les communautés que je sers. J’ai pu établir des liens avec des professionnels de l’industrie et recevoir des conseils de carrière de la part de plusieurs d’entre eux. Cette expérience globale a été extrêmement bénéfique pour renforcer mes compétences en journalisme de données ainsi que mon avenir en les utilisant dans n’importe quel contexte dans lequel je me trouve. C’est quelque chose que je n’oublierai jamais et, encore une fois, je suis tellement reconnaissante de l’opportunité d’y assister.

Tehya Rassman

Merci de sponsoriser et de soutenir notre voyage à NICAR2020 cette année. Je savais que j’étais intéressé par le journalisme de données avant d’y aller, mais obtenir le scoop de journalistes de données professionnels était inspirant. La conférence m’a permis de plonger mes orteils dans des logiciels que j’avais du mal à démarrer par moi-même, mais maintenant, grâce aux sessions pratiques auxquelles j’ai pu assister, j’ai mon ordinateur configuré pour continuer à apprendre. J’ai également trouvé bon nombre de séances de panel utiles, en particulier une sur les tactiques d’entrevue — très utile pour moi et ma personnalité introvertie. Je n’ai pas pu voyager beaucoup au collège, alors j’ai adoré pouvoir aller quelque part où je n’étais jamais allé auparavant. Bien sûr, cela est venu avec son propre apprentissage (comme la façon dont j’aime les beignets et j’en ai envie depuis). La Nouvelle-Orléans a une culture riche et NICAR 2020 a été une expérience d’apprentissage incroyable, donc je me souviendrai à jamais de ces quatre jours. Merci beaucoup!

Meghan Nguyen

La conférence du National Institute for Computer-Assisted Reporting a été une occasion extraordinaire d’en apprendre davantage sur le journalisme de données. Au cours des trois dernières années à l’École de journalisme d’UT, j’avais réalisé que je voulais poursuivre le journalisme de données, mais que je n’avais pu trouver que des opportunités limitées pour le faire, l’une d’entre elles étant l’Introduction au cours de codage pour les journalistes du professeur McDonald. J’ai entendu parler de la conférence à travers cette classe, et tout à coup, tant d’autres portes se sont ouvertes pour moi. Lors de la conférence, j’ai pu suivre des cours pratiques pour acquérir des compétences telles que R, Excel et plus encore, ainsi que la possibilité de rencontrer d’autres étudiants journalistes et professionnels de l’industrie qui s’intéressaient aux mêmes choses que moi. Quand nous avons atterri à La Nouvelle-Orléans, j’ai touché le sol. Ma première journée à la conférence a consisté en des sessions animées par des étudiants et des journalistes qui travaillaient dans l’industrie depuis des années; des sessions sur la couverture de l’immigration avec des données, la couverture du Coronavirus (un panel très opportun sur la préparation aux situations d’urgence locales) et une rencontre avec d’autres journalistes de couleur. Il y avait tellement de séances, de panels et d’ateliers offerts… J’étais extrêmement heureux parce que j’ai pu créer mon propre emploi du temps personnalisé et apprendre des choses utiles qui m’intéressaient vraiment. J’ai assisté à des sessions sur les enquêtes sur les agressions sexuelles, sur les communautés sous-couvertes et à une session sur les rapports sur la diversité que les salles de rédaction commençaient à mettre en place (ce qui était vital pour moi, car j’étais responsable de la rédaction du rapport sur la diversité pour le Daily Texan ce semestre). J’ai rencontré des gens que je ne peux décrire que comme des journalistes puissants — beaucoup d’entre eux avaient exploité des données pour briser des histoires énormes et percutantes. Je suis également allé à une longue session pratique qui m’a présenté R, un puissant langage de programmation open source qui, j’espère, fera passer mes rapports de données au niveau supérieur. Quand je regarde en arrière, assister à cette conférence sera probablement l’une de mes expériences les plus précieuses dans ma formation en journalisme. Cela a solidifié mon désir de faire du journalisme de données d’investigation à but non lucratif, et grâce à mes conversations avec d’autres pairs et collègues lors de la conférence, cela m’a également fait réaliser que je n’étais pas seul.

Minnah Zaheer

Tout au long de mon séjour à l’UT Austin, j’ai vécu un certain nombre d’expériences transformatrices qui ont chacune façonné de manière unique mes intérêts professionnels et mes capacités, et je classe définitivement la conférence NICAR parmi l’une des plus influentes de ces expériences. Les ateliers pratiques auxquels j’ai assisté m’ont donné des cours intensifs informatifs sur des programmes et des techniques inestimables liés au journalisme de données, et les panels auxquels j’ai assisté ont réaffirmé ma décision d’entrer dans le domaine du journalisme et l’importance du travail derrière chaque histoire de données. Tous les autres participants à la conférence étaient incroyablement sympathiques, et le réseautage semblait naturel et productif. En tant que personne ayant un intérêt particulier pour la visualisation de données et les reportages sur la politique et les élections, je suis entrée à la conférence en me sentant un peu perdue et dépassée par la quantité de techniques de couverture et de visualisation existantes — je n’aurais jamais imaginé que quatre jours seulement lors d’une conférence augmenteraient si significativement ma confiance, mes compétences et ma connaissance de ce qui se passe dans le domaine du journalisme de données. Merci infiniment pour l’opportunité d’assister à NICAR 2020.

Rolando Hernandez

Pendant mon séjour à l’UT, j’ai acquis de vastes connaissances et de l’expérience grâce à des organisations étudiantes, des stages et bien sûr, des cours; cependant, aucun de ceux-ci ne se compare à mon expérience à la conférence NICAR 2020 à la Nouvelle-Orléans. Alors que j’avais à l’origine des rêves de travailler en tant que producteur, ce n’est que lorsque j’ai suivi le cours de reporting de données du professeur McDonald que ces rêves ont soudainement changé. J’ai appris la vraie valeur des chiffres dans la salle de rédaction et au NICAR, j’ai retrouvé mes propres objectifs. Je veux maintenant être journaliste de données, en me concentrant sur le domaine de l’audio. La participation à cette conférence m’a appris de nombreuses compétences et m’a fait découvrir des professionnels hors pair dans le domaine. Lors de cette conférence de quatre jours, j’ai passé la totalité de la première journée à suivre un cours pratique avancé pendant huit heures. C’est ici que j’ai appris les tenants et les aboutissants du programme SQL et ces nouvelles connaissances trouvées se sont déjà révélées utiles lors de mon stage actuel chez KXAN en tant que stagiaire d’investigation. En utilisant ce que j’ai appris, j’ai pu trier de grands ensembles de données sur les feux de circulation cassés dans la ville d’Austin. Bien qu’une histoire n’ait pas été poursuivie, j’apprécie toujours beaucoup les connaissances acquises le premier jour seulement. C’est au cours de cette même session d’une journée que j’ai pu me mêler aux autres participants et rencontrer Bracy Harris, une journaliste du rapport Hechinger. En tant que personne qui a débuté dans la télévision et s’est ensuite lancée dans le journalisme d’investigation à but non lucratif, Harris a pu me donner d’excellents conseils sur mes prochaines étapes de ma carrière et nous avons facilement discuté des difficultés de l’industrie et des nombreuses complexités associées aux modèles à but lucratif. Le lendemain, j’ai assisté à plusieurs panels donnant un aperçu de nombreux sujets qui m’intéressent, comme comment donner vie aux résultats de données à la radio. Pendant que j’étais ici, j’ai pu entendre un panel de journalistes et de producteurs de NPR de l’un de mes podcasts préférés, Révéler, donner des conseils sur des moyens créatifs de fournir des données à l’oreille. Une façon intéressante consistait à utiliser le codage Python pour montrer les différences tonales. Le plus gros à retenir pour moi était que parfois votre audio ne doit pas être complexe… quelque chose d’aussi simple que le volume peut faire comprendre à vos auditeurs les disparités les plus complexes. Alors que je n’étais peut-être pas sûr de mes compétences et de mes références, c’est à NICAR que mes craintes et mes incertitudes sont passées par la fenêtre. Grâce à une conférence de professionnels “nerds de l’information” partageant les mêmes idées et d’autres étudiants, j’ai pu me rassurer sur mes propres compétences en tant que journaliste. L’occasion qui m’a été donnée d’assister à cet événement ne sera pas oubliée. Je suis extrêmement reconnaissant et je m’en souviendrai comme l’un des plus grands tremplins de ma carrière, et pour cela, je serai toujours reconnaissant.

Savana Dunning

La conférence du National Institute for Computer Assisted Reporting cette année a été l’une de mes expériences préférées de ma carrière de journaliste universitaire et je tiens à vous remercier de m’avoir donné l’occasion d’y assister.

J’ai été initié au reporting de données par le cours de reporting de données du professeur Christian McDonald et je suis tombé amoureux de l’utilisation des outils numériques pour découvrir des informations clés sur les données que je peux utiliser pour mieux raconter des histoires sur le monde qui nous entoure. Lors de la conférence, j’ai assisté à des séances pratiques incroyablement utiles pour Python et R, qui me donnent une base de connaissances sur deux langues que je ne connaissais pas beaucoup mais que j’avais très hâte d’apprendre. J’ai maintenant téléchargé les deux langages de programmation et j’ai travaillé avec des amis et des ressources en ligne pour renforcer ces compétences afin que je puisse mieux les utiliser dans les rapports futurs.

J’ai également eu la chance d’assister à des panels spectaculaires sur le reporting et l’approvisionnement. En tant que jeune journaliste qui a commencé l’université avec très peu d’expérience dans le journalisme, j’ai souvent eu des difficultés à trouver des histoires et à renforcer ma confiance en interview. Au NICAR 2020, j’ai appris des outils et des endroits pour rechercher des histoires inexplorées et des angles intéressants. Les panels étaient animés par des journalistes que j’admire, et j’ai eu la chance de dialoguer avec eux et de leur poser des questions. Lors d’un panel en particulier, la journaliste d’ESPN Tisha Thompson a pris le temps de me parler après un panel sur les interviews. Elle m’a fait me sentir comme chez moi en tant qu’étudiante parmi les professionnels.

Même si je ne deviens pas un journaliste spécifiquement orienté vers les données, je suis certain que j’utiliserai les outils que m’a donnés cette conférence pour améliorer mes reportages afin de raconter des histoires plus intelligentes, plus informatives et fondées sur des preuves. Je suis ravi de m’appuyer sur les compétences de base en codage qui m’ont été données, de fouiller profondément dans les sources de données dont on m’a parlé et de trouver des moyens uniques et intéressants de mieux raconter les histoires des gens. Merci encore une fois, je suis incroyablement reconnaissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.