Intronisé au Temple de la Renommée irlandais en 2010 : Mgr Joseph McLoone

 Mgr Joseph McLoone et sa mère, Bridget.

Mgr Joseph McLoone et sa mère, Bridget.

Par Kathy McGee Burns

“. . .le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la fidélité, la douceur. . .”

Ces attributs sont les composantes fondamentales de Joseph McLoone, l’homme et le prêtre. Il est le troisième enfant né de Patrick et Bridget et, avec ses frères et sœurs, un exemple vivant du rêve américain irlandais.

Feu Patrick McLoone, un homme de Glenties, avait enterré sa mère et une tante et avait été laissé dans le comté de Donegal pour veiller sur trois jeunes sœurs. Une quatrième sœur, Mary McGinley, qui vivait en Amérique, l’a exhorté à venir à Philadelphie pour construire une vie et il l’a fait. Pat travaillait pour l’entrepôt Acme, un emploi occupé par de nombreux immigrants irlandais à cette époque.

Bridget, qui venait d’Ardara, dans le comté de Donegal, a été persuadée par sa mère, Mary McHugh, (une femme de grande vision pour l’époque) de déployer ses ailes, mais de ne pas aller loin. Marie voulait pouvoir voir sa fille de temps en temps. Elle a dit : “Quand je serai mort, vous pourrez aller en Amérique.”Alors, elle est partie à Londres et 10 ans plus tard, après avoir enterré sa mère, est allée à Philadelphie, vivre avec sa sœur, Sally Montague. Elle a trouvé un emploi dans un presbytère.

Les McLoones se sont rencontrés au pub Emerald. Grâce au travail acharné, à la prévoyance, à l’amour et au dévouement, ils ont élevé une famille très prospère.

Leur fils, Joe McLoone a grandi à Olney, fréquentant l’École de l’Incarnation et le cardinal Dougherty. Alors qu’il était en terminale, il pensait avoir une vocation de prêtre. Au début, il sollicite les conseils du prêtre nouvellement ordonné de la paroisse, le père Peter Welsh, puis se rend en retraite au séminaire Saint-Charles-Borromée d’Overbrook. Après cela, il était sûr que ce n’était pas pour lui.

Il est entré au Collège LaSalle et, au cours de cette première année, il s’est demandé s’il avait bien essayé cet appel et a décidé qu’il ne l’avait pas fait. En 1984, Joe McLoone, diplômé du Séminaire avec une licence en philosophie, a ensuite obtenu un M.Div. (1987) et une maîtrise en théologie (1988). Et devenir le Père Joseph McLoone, curé de la paroisse.

Il vous dira humblement qu’il est un prêtre comme les autres, mais, en fait, il a fait une ascension fulgurante dans sa carrière.

La plupart de ses missions pastorales ont été dans la ville de Philadelphie; St. Anne’s (1988-91), St. Martin de Tours (1992-97), et la basilique cathédrale de Ss.Pierre et Paul (1997-2001). À sa quatrième affectation, il est devenu le plus jeune pasteur de la paroisse Sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus au mont. Aéré. À cette époque, il n’avait été ordonné que depuis 13 ans. L’engagement, la persévérance, l’enthousiasme et, comme il vous le dira, l’aide de l’Esprit Saint, ont été l’impulsion de ce succès.

Il est actuellement pasteur de Sainte Katharine Drexel à Chester, une église dans une communauté diversifiée — à la fois raciale et économique. Ces dernières années, Chester est passée de six écoles catholiques à une afin de maintenir l’enseignement catholique disponible et abordable. Aujourd’hui, Mgr McLoone est devenu membre fondateur de l’Académie Drexel Neumann, récemment agréée. Il est géré sur un parrainage à quatre volets qui comprend l’Archidiocèse, St. Katharine Drexel, l’Université Neumann et les Sœurs de St. Francis.

Avec tout cela dans son assiette, le père Joe, comme il est connu de beaucoup, trouve encore le temps de vivre ses racines irlandaises. Il fait partie active de la communauté irlandaise de Philadelphie depuis de nombreuses années: aumônier de l’Association Donegal, soignant de l’immigrant irlandais, ami de toutes les sociétés et le plus important pour moi, aumônier pendant 10 ans du Temple de la renommée irlandais de la Vallée du Delaware.

Sa cohorte d’Ocean City, le père Kevin Gallagher a dit beaucoup de belles choses à propos de son ami: “Joe est un pasteur qui travaille dur et qui prend du temps pour tout le monde dans sa paroisse. Il a influencé beaucoup à revenir à la foi catholique par sa nature facile et sa manière agréable. C’est un faiseur et un penseur. Il a une place particulière dans son cœur pour les malades et les souffrants, les opprimés et les négligés. Il a été très influent dans mon entrée au séminaire et a été extrêmement favorable à la prêtrise.”

Le père Gallagher dit que Joe McLoone est un véritable père de famille irlandais, dévoué à sa mère, Bridget. Et il n’est pas le seul membre de sa famille à avoir contribué à réaliser le rêve irlando-américain des McLoone. Frère Patrick, Jr. est rédacteur en chef du Philadelphia Daily News. Leur sœur Mary McLoone Hofmann, MD, F.A.C.P. est chef fondatrice de la médecine gériatrique à l’Hôpital d’Abington, et la deuxième sœur, Kate McLoone Burns est infirmière scolaire dans les écoles publiques et catholiques d’Overbrook.

Kathy McGee Burns est présidente du Temple de la renommée irlandaise de la vallée du Delaware.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.