Gitan’S_abode

Le mot pour la mort en Ourdou / Hindi et arabe moderne est maut, en hébreu c’est mavet, en Sanscrit mirtiu, en latin mortem, et en persan c’est faut. Et le dieu de la mort dans l’ancien Levant et la Mésopotamie s’appelait Mot. Selon les mythes de l’ancienne Ougarit (ancienne Syrie) et de Canaan (ancien Levant), Mot et Baal étaient tous deux fils du haut dieu El. Ils se sont battus et Baal, qui était le dieu de la lumière et de la fertilité, a vaincu et tué Mot, qui était le dieu des ténèbres et de la mort. Mais El a réussi à ressusciter Mot, et depuis lors, Mot et Baal sont impliqués dans une lutte éternelle pour la suprématie. (Cela ressemble remarquablement au zoroastrisme.) Aussi dans la Bible hébraïque / Tanakh, dans le Livre d’Osée et le Livre de Jérémie, Maweth / Mot est mentionné comme une divinité (ou un ange de la mort) à qui le dieu hébreu YHWH peut remettre le royaume de Juda en punition pour adorer d’autres dieux. Personne ne connaît les origines linguistiques du Mot, mais des variantes de ce mot (ancien syriaque: mauta, ancien Akkadien: mutu, ancien araméen, berbère et copte: mwt) ont été utilisés pour la mort pendant au moins les 6000 dernières années dans une étendue qui s’étend de l’Afrique centrale à l’Europe en passant par l’Inde – un mot rare qui est partagé entre les familles de langues sémitiques, Indo-européennes, dravidiennes et africaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.